Burkina Faso : L’adaptation de la gestion des risques agricoles au menu d’un atelier

La Plate-forme de gestion des risques agricoles (PARM), le ministère en charge de l’Agriculture et leurs partenaires ont initié un atelier de co-vision et de co-création d’un projet de gestion des risques agricoles pour la résilience face aux aléas du climat et des marchés au Burkina Faso. Il est prévu pour se tenir du 7 au 8 juin 2022 à Ouagadougou.

Du 7 au 8 juin 2022, se tient à Ouagadougou un atelier de co-vision et co-création d’un projet allant dans le sens de la gestion des risques agricoles pour la résilience aux aléas du climat et des marchés au Burkina Faso. Cette rencontre a été initiée par la Plate-forme de gestion des risques agricoles (PARM) du Fond International pour le développement agricole (FIDA), le ministère en charge de l’Agriculture et leurs partenaires techniques et financiers (PTF).

Le Burkina Faso a rejoint les pays bénéficiaires des appuis de la PARM depuis novembre 2019 selon Jean Claude Bidogeza © Faso7

Selon Jean Claude Bidogeza, Expert technique de la Plate-forme de gestion des risques agricoles (PARM), cette rencontre vise à capitaliser sur les connaissances et expertises locales des institutions invitées de sorte à envisager un contenu du futur projet, plus proche de la réalité.

En guise de rappel, Jean Claude Bidogeza a fait savoir que le Burkina Faso a rejoint les pays bénéficiaires des appuis de la PARM depuis novembre 2019, pour une assistance technique visant à évaluer les risques agricoles auxquels le pays fait face, en utilisant une approche et une méthodologie holistique. « Cela a révélé trois risques hautement prioritaires ; la sécurité, les risques liés au climat et les risques liés à la volatilité des prix », a-t-il fait savoir.

« Les mesures et les outils de gestion de risques agricoles constituent une priorité »

Les risques ayant été répertoriés, le Gouvernement burkinabè a sollicité le soutien de la PARM de sorte à permettre l’intégration d’une approche holistique pour le passage de la réponse aux catastrophes a la gestion intégrée des risques et au renforcement de la résilience des agriculteurs, éleveurs et aquaculteurs burkinabè, à en croire Jean-Claude Bidogeza.

C’est Victor Bonogo, le Secrétaire général du ministère en charge de l’Agriculture qui est le président de cet atelier. Pour l’ouverture des travaux, il s’est fait représenter par Mohamed Porgo, Directeur général de la promotion de l’Economie rurale. A nom de son chef hiérarchique, le représentant a fait comprendre que la gestion des risques agricoles revêt un intérêt particulier pour le Burkina Faso, compte tenu des effets du changement climatique, de la pollution, des maladies de tout genre et de la volatilité des prix agricoles et alimentaires.

« C’est dans ce sens que les mesures et les outils de gestion de risques agricoles constituent une priorité pour la transformation de l’agriculture déclinée dans le plan stratégique national d’investissement pour la transformation structurelle de la production agro-sylvo-pastorale (PNIASP) et le Plan d’action de la transition », a-t-il poursuivi.

Photo de famille des participants à l’atelier ©Faso7

En rappel, la PARM est un partenariat mondial sur la gestion des risques agricoles pour le développement. Elle a été créé en 2013 par le G20, hébergée au FIDA, financée par celle-ci, avec l’Agence Française de Développement (AFD), l’Union Européenne (UE), l’Agence Italienne de Coopération au Développement (AICS), la Banque Allemande de Développement (KfW) et le Ministère fédéral allemand de la coopération économique et du développement (BMZ). L’Agence de développement de l’Union Africaine (NEPAD) y apporte également sa part à travers un partenariat stratégique.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page