Burkina Faso: Le Cercle des Cuniculteurs initie sa première journée de sensibilisation

L’association Cercle des Cuniculteurs (CDC) en collaboration avec le Cercle d’Etudes, de Recherche et de Formation Islamique (CERFI) a initié ce 4 juin 2022 à Ouagadougou, la première édition de la Journée de sensibilisation sur les potentialités de la cuniculture. Pour cette première, une formation portant sur l’élevage des lapins a été organisée.

L’association Cercle Des Cuniculteurs (CDC) a célébré ce 4 juin 2022, la première édition de sa Journée de sensibilisation sur les potentialités de la cuniculture sous le thème « La filière lapin, une opportunité à saisir pour tous les acteurs ». Avant tout, Moumouni Simporé, président de la CDC, a fait savoir que c’est dans un souci de valorisation de la filière lapin au Burkina Faso que l’association a vu le jour depuis septembre 2018.

« Cette journée de sensibilisation sur la cuniculture s’inscrit dans notre volonté de vulgarisation de la filière (…), afin d’amener les éleveurs, les investisseurs, l’administration publique et tous ceux qui veulent être dans le secteur,  donc à prendre conscience qu’il y a des potentialités partout et dans tous les domaines pour la cuniculture », a-t-il expliqué.

Parlant de potentialités, Moumouni Simporé a fait savoir qu’il est actuellement plus facile d’élever le lapin au Burkina Faso qu’il ne l’était il y a 10 ans. Il a expliqué que la CDC, depuis sa création, forme les éleveurs de lapin afin qu’ils fassent de leur activité un véritable business ;  encourage l’adoption d’aliments modernes pour une meilleur nutrition des lapins ; a eu l’autorisation de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) d’importer le vaccin contre la maladie de la PhD au Burkina Faso, encourage la collecte de données scientifiques sur la filière lapin au Burkina Faso, au Mali et au Niger et a signé une convention avec l’Institut National de Recherches Appliquées pour travailler sur des aliments propres aux lapins.

« Dans ce registre, les premiers résultats que nous avons obtenus nous font beaucoup espérer parce qu’on a des animaux qui se développent rapidement à partir des formules élaborées par nos recherches dans le domaine. Actuellement, les éleveurs s’approvisionnent sur deux unités spécialisées dans la fabrication d’aliments pour lapins. Donc c’est fini maintenant la période où il y avait des pénuries d’aliments à Burkina Faso », a-t-il ajouté.

Le CERFI prêt à élargir le champ d’action de la CDC

Pour marquer cette journée de sensibilisation, une formation en cuniculture a été initiée. Elle a porté entre autres sur les généralités concernant le lapin et sur les méthodes d’élevage des lapins au Burkina Faso.

Pour cette première édition, la CDC a bénéficié de l’accompagnement du Cercle d’Etudes de Recherche et de Formation Islamique (CERFI) et c’est Hamidou Yaméogo, président du CERFI, qui a présidé l’évènement. Pour le leader du CERFI, son institution est certes une association de promotion de l’islam mais elle est également une association de promotion du développement dans toutes ses dimensions. « Nous avons jugé important d’associer l’image du CERFI à cette journée de sensibilisation sur la filière lapin », a-t-il fait comprendre.

Du reste, Hamidou Yaméogo a indiqué que si la CDC le souhaite bien, le CERFI peut l’aider, grâce à son maillage territoriale, à faire en sorte que cette filière puisse pénétrer le marché burkinabè. « Nous sommes dans les régions à travers les coordinations nationales, nous sommes dans les provinces à travers nos sections commerciales, nous sommes dans les communes à travers nos sections communales », a-t-il montré.

Josué TIENDREBEOGO

Faso7

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page