Tourisme au Burkina Faso : ICOM/BF forme les responsables des musées situés en zones de conflit

Le ministère de la culture, des arts et tourismes a procédé en partenariat avec ICOM/BF, au lancement d’un atelier de formation sur la méthode de sauvegarde et de sécurisation des collections muséales, ce jour 09 Novembre 2020. Cette formation entre dans le cadre du renforcement de la sauvegarde et de la sécurisation des collections de quatre musées situés en zones de conflits.

Débuter ce 09 novembre 2020 à Ouagadougou, l’atelier de formation en méthode de sauvegarde et de sécurisation des collections muséales va durer 72 heures.

Selon Christiane Sanon présidente du Comité national du Conseil international des musées du Burkina Faso (ICOM/BF), c’est grâce à une franche collaboration avec l’alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (ALIPH) que sa structure l’ICOM/BF a bénéficié en septembre 2020, d’une subvention d’une valeur de « 15000 dollars » dans le but de la sauvegarde et la sécurisation des collections de quatre musées situés en zones de conflits. En effet dans le but de venir en aide aux musées qui en plus d’être confrontés aux conflits et postes-conflits devaient faire face à la pandémie de la Covid19 et à ces conséquences économiques, l’ALIPH a ouvert un appel à projet. Le Burkina Faso étant sélectionner, il était donc nécessaire selon Christiane Sanon, de former les responsables des musées en zones de conflit. Les musées concernés sont les musées de Douroula, de Gourcy, de Kaya et de Manéga, a-t-elle indiquée.

Photo de famille entre les responsable d’ICOM/BF, Erzer Tchizveria et le représentant du ministre

Présente à la cérémonie, Erzer Tchizveria, la coordonnatrice des projets de patrimoine de l’ICOM dont le siège se trouve à Paris, a traduit sa satisfaction quant à la tenue de cet atelier. « Je suis très contente d’être au Burkina Faso malgré tout ce qu’on sait », a-t-elle lancé avant de saluer la détermination de la présidente du Comité national du Conseil international des musées du Burkina Faso qui a selon elle contribuer énormément à ce que le Burkina Faso soit sélectionné dans le cadre de ce projet. « C’est grâce à Christiane Sanon, la présidente d’ICOM Burkina Faso que nous avons pu mettre en place ce projet », a-t-elle conclue.

Des actions concrètes à venir

Traduisant sa reconnaissance à l’endroit de ALIPH, pour avoir placé sa confiance à l’association ICOM/BF, le ministre de la culture, Abdoul Karim Sango qui s’est fait représenter a précisé que cet atelier qui débute en présence de la coordonnatrice de ICOM international est une preuve de l’utilisation des ressources pour les engagements pour lesquels ils sont alloués « c’est l’occasion ici de lui rassurer que les fonds cheminent comme prévu dans les conclusions du contrat », s’est exprimé Rasmané Kamba.

20 personnes participent à l’étalier de formation

Pour finir, il a exprimé le fait que l’atelier sera un cadre de réflexion et d’échanges à l’issu duquel des actions concrètes seront menées au sein des quatre musées, tout en invitant les participants de prêter une oreille attentive aux différents modules de formations.

Mariam NIGNAN (stagiaire)

Articles similaires

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page