Burkina Faso : L’évolution du dossier de la forêt de Kua selon le SYNTETH

Dans cette note d’information, le Syndicat national des travailleurs de l’environnement, du tourisme et de l’hôtellerie (SYNTETH) revient sur l’histoire de la forêt de Kua située à Bobo-Dioulasso.

Le 25 février 2020,  le Gouvernement à travers le Ministre de l’Environnement, de l’Economie verte et du Changement climatique (MEEVCC) informait le Syndicat national des Travailleurs de l’environnement, du Tourisme et de l’Hôtellerie (SYNTETH) qu’après les différentes études, il a porté son choix sur  la forêt classée de Kua pour la construction du centre hospitalier de Bobo-Dioulasso. De ce fait le dossier a été transmis au MEEVCC pour engager la procédure de déclassement. Ainsi, le Comité national d’aménagement des forêts (CNAF) mis en place en décembre 2019 saisi à cet effet a tenu sa session du 02 au 9 mars 2020 afin de donner un avis technique sur le dossier.

A l’issue des travaux du CNAF, nous apprendrons à travers les réseaux sociaux que les participants ont majoritairement rejeté l’idée de déclassement de la forêt. Ces informations faisaient aussi cas de trois forestiers ayant voté en faveur du déclassement. Nous avons aussitôt saisi le Président du CNAF le 10 mars 2020 pour en savoir d’avantage. Il a tenu à nous rassurer que le Comité travaillé avec sincérité et professionnalisme et que le rapport des travaux sera transmis au MEEVCC qui l’a saisi. Evoquant la confidentialité des délibérations, il dit ne pas être en mesure de nous donner des détails mais que nous les aurons dès que le rapport sera disponible.

Le 17 avril 2020, le SYNTETH a encore rencontré le Président pour avoir une copie du rapport et celui-ci lui a demandé de se référer au MEEVCC. Cela fut fait par correspondance en date du 20 avril 2020. En réponse, le MEEVCC informera le SYNTETH dans sa lettre n°2020-/MMEVVC/CAB du que le rapport a été transmis au Gouvernement et qu’il sera rendu officiel incessamment. Face à ce refus de mettre ledit rapport à notre disposition en tant que partenaire social, nous avons des raisons de croire qu’il y a anguille sous roche.

C’est pourquoi nous avons décidé de porter cette récente évolution du dossier Kua à la connaissance de l’opinion publique à travers une note d’information. 

HISTORIQUE DE LA FC DE KUA

La forêt de Kua a été classée par arrêté 891/SE du 27 avril 1936 et a une superficie estimée à environ 350 ha. Localisée à l’entrée de la ville de Bobo sur l’axe Ouaga-Bobo (route nationale n°1), elle compte parmi les 04 forêts périurbaines de Bobo-Dioulasso dont les classements ont été effectués essentiellement en vue de :

– mettre en place des barrières végétales climatiques destinées à atténuer les influences

des vents desséchants venant du nord (l’harmattan) ;

– protéger les principaux cours d’eau ;

– produire du bois d’œuvre et de bois de service pour les besoins de développement.

Ainsi, les forêts classées de Dindéresso, du Kou, de Kua et de Kuinima, localisées sur le sous-bassin versant du Kou constituent un périmètre de protection des ressources en eau potable de la ville de Bobo-Dioulasso et constituent l’espace géographique qui comprend le réseau hydrographique souterrain associé à la rivière Kou et ses affluents, et aux sources de la guinguette.

La forêt classée de Kua, tout comme les autres forêts classées périurbaines de Bobo-Dioulasso en particulier et celles du pays en général subissent ces dernières années de fortes dégradations dues aux actions anthropiques. Il importe de relever que cette forêt classée de Kua a bénéficié d’un appui de la coopération Luxembourgeoise pour son aménagement à travers le projet BKF/012 (PAGREN) qui s’est exécuté entre 2008 et 2012. Cette protection se poursuit à travers le programme ‘’Appui à la gestion durable des ressources forestières ‘’(AGREF). De ce fait, de nos jours, cette forêt constitue un réservoir de diversité biologique et une entité qui contribue à répondre aux besoins socioéconomiques des usagers que sont les populations riveraines à travers les services écosystémiques qu’elle offre (agroforesterie, médecine traditionnelle, rituel coutumier, recherche scientifique, approvisionnement en eau potable, …). 

UN SORT INATTENDU

Alors qu’une étude sur la consolidation du plan d’aménagement de la FC de Kua était en cours, avec l’accompagnement de la coopération luxembourgeoise, l’on apprend à travers les médias qu’une délibération portant autorisation de déclassement d’une partie de ladite forêt a été prise par le conseil municipal de Bobo-Dioulasso en sa session extraordinaire du 19 avril 2019 en vue de la construction d’un centre hospitalier universitaire avec l’appui de la coopération chinoise. Cette démarche entreprise en violation des dispositions légales prévues en pareille circonstance, a été vivement rejetée par différents acteurs de la gestion durable des ressources forestières.

MOBILISATION FORTE DE DIVERS ACTEURS POUR DEFENDRE LA FORET

L’information sur le déclassement de la forêt a été accueillie avec surprise et consternation. Dès lors, associations, ONG, personnes physiques et morales, défenseurs de l’environnement, se sont mobilisés pour dénoncer cette forfaiture dans un pays sahélien. Au niveau du ministère de l’environnement, de l’économie verte et du changement climatique, le personnel qui s’est senti ignoré, méprisé et frustré, s’est réuni autour du Syndicat National des Travailleurs de l’Environnement, du Tourisme et de l’Hôtellerie (SYNTETH) pour monter au créneau et appuyer les populations dans leur combat pour la sauvegarde de ce précieux outil socio-économique.

Ainsi, le 27 avril 2019, le SYNTETH a organisé une conférence de presse à Bobo-Dioulasso pour alerter l’opinion nationale et internationale et inviter toutes les personnes morales et physiques soucieuses de l’environnement à faire bloc contre ce projet écocide. Le syndicat a par ailleurs interpellé le Ministre en charge de l’environnement à assumer sa responsabilité face à cette situation. En rappel, dans un communiqué datant du 30 juillet 2018, faisant allusion à des rumeurs relatives à un projet de construction d’un hôpital dans la forêt classée de Kua, le Ministre affirmait ceci : « … cette information relève de la pure spéculation. En tout état de cause, le ministère en charge de l’environnement, conformément à sa mission régalienne de préservation du patrimoine forestier national au profit des générations actuelles et futures, ne saurait donner son aval à tout projet qui porterait atteinte à l’intégrité de nos forêts ».

Le SYNTETH a ensuite mené une campagne d’information, de sensibilisation et de plaidoyer auprès d’autorités administratives, de leaders coutumiers et religieux de la ville de Bobo-Dioulasso et des médias. Il a également eu de larges concertations avec de nombreuses organisations de la société civile à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou (échanges directs, correspondances) œuvrant dans le domaine de la protection de l’environnement. Des techniciens des départements de l’environnement, de l’urbanisme, de la recherche, pour ne citer que ceux-là, ont aussi dénoncé l’irrégularité et l’inopportunité de la mesure.

Le 17 mai 2019, le syndicat tiendra une deuxième conférence de presse à Ouagadougou sur le sujet, pour interpeller une fois de plus l’opinion publique, et inviter les acteurs engagés dans la lutte à poursuivre la résistance.

INITIATIVE DE NEGOCIATIONS PAR LE GOUVERNEMENT AUTOUR DE LA QUESTION.

Acculé par la pression tant au niveau régional, national qu’international, le gouvernement ouvre une vague de concertations avec les forces vives de la ville de Bobo-Dioulasso. C’est ainsi qu’une délégation gouvernementale conduite par le Ministre d’Etat Siméon SAWADOGO, Ministre en charge de l’administration territoriale, a rencontré le personnel du ministère de l’environnement le 25 mai 2019 dans la salle de conférence du gouvernorat de la région des Hauts-Bassins. Au cours de cette rencontre, ledit personnel n’a pas manqué de relever le mépris total du gouvernement vis-à-vis du secteur de l’environnement avant de décliner les raisons de son opposition au déclassement de la forêt.

  • Raisons juridiques :
  • Le déclassement d’une forêt classée de l’Etat en vue de la construction d’une infrastructure hospitalière est contraire à la loi (Code Forestier article 29 ; article 11 du décret N°2017-0138/PRES/PM/MEEVCC/MATDSI/MINEFID portant procédure de classement, de déclassement et de changement de statut des forêts de l’Etat et des Collectivités Territoriales) ;
  • Illégitimité d’un conseil municipal à prononcer un avis sur le déclassement d’une forêt classée de l’Etat.
  • Raisons écologiques

La forêt classée de Kua comme les autres forêts péri-urbaines de Bobo-Dioulasso présente les caractéristiques suivantes :

  • Protection des sources d’eau ;
  • Protection particulière des sources de la forêt classée de Kua qui sont directement liées aux sources de la guinguette (FC Kou) qui ravitaillent la ville en eau ;
  • Assise géologique sédimentaire très filtrant de la FC de Kua ;
  • Danger très élevé de contamination des sources de ravitaillement en eau de la ville en cas de pollution de la nappe phréatique de la FC de Kua ;
  • Risque potentiel grave d’atteinte à la santé publique en cas de pollution ;
  • Poumon vert de la ville par la séquestration de carbone et l’épuration de l’air ;
  • Conservation de la diversité biologique (présence d’une espèce de la famille des orchidées intégralement protégée par la CITES : Eulophia cucullata jusque-là rencontrée nulle part ailleurs ;
  • Système de collecte et d’évacuation des effluents liquides conçu dans le sens de protéger les sources de la guinguette selon le schéma d’aménagement de la ville.

 

  • Raisons administratives
  • incompréhension des actions des agents chargés de la protection de l’Environnement par la population ;
  • menaces de l’intégrité de la forêt si l’hôpital venait à y être construit ;
  • sécurité menacée des agents de terrain du Ministère en charge de l’Environnement ;
  • naissance de velléité de déclassement d’autres forêts ;
  • remise en cause de la stratégie d’apurement des forêts classées.
  • Raisons diplomatiques
  • Le Burkina Faso est partie prenante à plusieurs conventions internationales en matière d’environnement (Désertification, Changements Climatiques, Diversité Biologique, Zones Humides etc.). La majeure partie des actions dans le domaine de l’environnement étant financée par les Partenaires Techniques et Financiers, il y a un risque de rupture de partenariat avec ces Partenaires Techniques et Financiers engagés dans la protection de l’environnement (le budget alloué au ministère en charge de l’environnement était moins de 1% du budget national en 2019) ;
  • Taux de couverture forestière estimé actuellement à tout au plus 13% contre un taux minimal de 30% recommandé par la communauté internationale ;
  • Perte de la crédibilité du Burkina-Faso en matière de résolution de problèmes environnementaux alors que le Ministre en charge de l’Environnement du Burkina-Faso a été élu Vice-Président de la zone Afrique en ce qui concerne les problématiques des changements climatiques).

A l’occasion, le personnel a rappelé que la forêt classée de Kua est l’un des cinq sites identifiés pour le projet de construction du Centre Hospitalier. La commune de Bobo-Dioulasso peut disposer d’un site plus approprié qui présenterait moins d’enjeux écologiques. Tout en accueillant très favorablement la construction du Centre Hospitalier Universitaire de Bobo-Dioulasso qui est un besoin réel exprimé par la population, le personnel du Ministère de l’Environnement, de l’Economie Verte et du Changement Climatique a tenu à exprimer la nécessité de la conservation intégrale de la forêt classée de Kua, eu égard aux raisons ci-dessus évoquées.

A l’issue des échanges, la délégation gouvernementale a affirmé avoir écouté et compris le mécontentement du personnel et l’a rassuré que le gouvernement travaillera en sorte que chaque acteur sorte grandi de cette affaire.

TENTATIVE DE PASSAGE EN FORCE DU GOUVERNEMENT SUR LE DECLASSEMENT DE LA FORET

Au moment où beaucoup croyaient que le dossier de déclassement de la forêt classée de Kua était clos, le gouvernement revient à la charge. Un bureau d’étude a été commis pour mener une étude diagnostique sur deux sites : la FC de Kua et le site de Borodougou, site contigu à la FC. Un comité technique réuni le 24 octobre 2019 au BUNEE pour valider les TDR de cette étude a purement et simplement rejeté toute option de déclassement de la FC de Kua. Cela n’a pas empêché le gouvernement de continuer sa manœuvre. Ainsi, lors de la rencontre du 07 novembre 2019 avec le MEEVCC à l’initiative du SYNTETH, celui-là portera à la connaissance du syndicat que le gouvernement a sur sa table le rapport d’étude diagnostique sur les deux sites et que dans tous les cas, la FC de Kua sera touchée, donc le déclassement s’impose. A l’occasion d’une autre rencontre tenue le 25 février 2020, cette fois-ci convoquée par le MEEVCC, il se montre plus précis. Le SYNTETH est informé que le gouvernement a porté son choix sur le site de la FC de Kua et qu’une session du Comité National d’Aménagement des Forêts (CNAF) qui se tiendra du 02 au 09 mars 2020 se prononcera sur le déclassement de la FC. Cette session a effectivement eu lieu et le SYNTETH apprenait par les réseaux sociaux que le projet de déclassement a été majoritairement rejeté (19 CONTRE et 11 POUR). Il a aussitôt approché le président du Comité pour vérifier l’information. Sans nier l’information donnée sur les réseaux sociaux, il s’est refusé de tout commentaire sur les conclusions de leurs travaux avant la remise officielle du rapport au MEEVCC qui a saisi le Comité.

Toutefois, le retard qu’on observe dans la publication du rapport n’est pas pour nous rassurer. Bien au contraire. Des risques de manœuvres souterraines pouvant aboutir à une manipulation des résultats du Comité existent. 

C’est pourquoi nous lançons l’alerte à toutes les personnes physiques ou morales soucieuses de la préservation de la forêt de Kua afin de comprendre les enjeux du déclassement de cette forêt pour les populations. Cette action, si elle a lieu, présentera d’énorme conséquences négatives aussi au plan social, environnemental qu’économique pour la localité. Il convient donc que les actions se poursuivent pour un rejet de la tentative du gouvernement d’imposer le déclassement de la forêt de Kua. Rien ne justifie cet entêtement du gouvernement à déclasser la forêt de Kua pour la construction de l’hôpital de Bobo. 

OUI à la construction de l’hôpital à Bobo-Dioulasso et le plutôt vu les conditions sanitaires du pays mais NON au déclassement de la FC de Kua.

                                                                                               Le Secrétaire Général

OUEDRAOGO Youssiffo

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page