Burkina: « On ne va pas se laisser faire » (UPC)

L’Union pour le Progrès et le Changement, UPC a tenu une conférence de presse ce jour 20 février 2020 à son siège à Ouagadougou afin de se prononcer sur l’établissement de CNIB, deuxième document d’ identification de vote après le passeport ordinaire

Selon l’UPC, le gouvernement avait promis de subventionner l’établissement des CNIB en réduisant le coût afin de faciliter son acquisition par le maximum de Burkinabè.

Cependant, le parti du lion estime aujourd’hui que le gouvernement n’a pas respecté sa promesse. « Toutefois, à la date d’aujourd’hui, le Gouvernement n’a pas tenu parole », a déclaré Moussa Zerbo, député, secrétaire chargé des questions électorale.

Pour le parti de Zéphirin Diabré, ce nom respect de la parole donnée du gouvernement traduit la volonté du chef de l’Etat de ne pas faire de la délivrance des CNIB à l’ensemble des burkinabè une priorité malgré le contexte d’insécurité. « En clair, le Président Roch KAOBRE ne veut pas d’une subvention des CNIB comme le Président DIABRE l’a négociée et obtenue des partenaires techniques et financiers », a affirmé le député.

Henriette Zoumbaré

« 2020 ça sera pas simple »

En effet selon Moussa Zerbo, l’Union européenne avait promis d’apporter un soutien au CFOP. Ce soutien concerne la délivrance massive de CNIB au profit des populations. Cependant, une condition a été posée. L’UE, selon les dires du conférencier, souhaitait que le gouvernement lui donne son accord. Cet accord n’a jamais été donné, selon le conférencier.

Aussi pour la deuxième force politique burkinabè, existe-t-il une une injustice dans l’établissement des CNIB. Selon le parti de Zéphirin Diabré, le président du Faso favorise l’obtention des CNIB aux militants du parti aux pouvoir à travers « les structures du parti » et « des pseudo associations affiliées au parti ».  « Des citoyens de la province du Boulkiemdé ont fait une opération de délivrance de CNIB à laquelle j’étais témoin du 09 au 12 Janvier. Deux semaines après le MPP a fait un communiqué pour inviter les populations à venir s’enrôler au théâtre populaire de Koudougou. Tous ont réussi leur CNIB avant l’opération qui a été menée du 09 au 12 janvier », a mentionné Henriette Zombaré, secrétaire national, chargé des structures de l’UPC.

L’UPC qui estime que les élections de novembre 2020 seront le combat du siècle comme l’avait annoncé Simon Compaoré (Président par intérim du MPP), attend mobiliser ses militants afin de dénoncer toutes les pratiques illégales. « 2020 ça ne sera pas simple. On ne va pas se laisser faire », a conclu Henriette Zombaré

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page